le fil de la logique

« Tu te serviras du fil de la logique pour te coudre sur le corps, aussi étroitement que possible, tout ce qui donne de la valeur à la vie. »

Haruki Murakami, L’incolore Tsukuru Tazaki et ses années de pèlerinage, Paris, Belfond, 2014, p. 104.

Tu réaliseras alors que la fiction donne de la valeur à la vie.

Rendez-vous littéraire d’auteurs de l’Acadie et du Canada français (Nouveau-Brunswick)

Dans le cadre de son vingt-cinquième colloque, l’Association des professeurs des littératures acadienne et québécoise de l’Atlantique (APLAQA) vous invite à une soirée de lecture

Vendredi, 23 octobre 19h30

Saint John Theater Company Studio 112, rue Princess

Admission : Gratuite

AUTEURS PARTICIPANTS :

Deni Béchard, Québec

Rose Després, Acadie

Éric Kennedy, Acadie

Josée Marcotte, Québec

Jérôme Melançon, Alberta

Laurent Poliquin, Manitoba

Monique Proulx, Québec

Yves Vaillancourt, Québec

RV-NB

2 journées de rencontres prévues en classes universitaires et à la bibliothèque publique francophone les jeudi 22 et vendredi 23 oct. :

un grand merci à Louis BélangerPatrick Bergeron et leur équipe pour cette superbe invitation!

Ce sera l’occasion de discuter d’imaginaires de fin du monde (oh joie!), mondes virtuels, jeux vidéo, Hikikomori (2014), processus narratifs et créatifs, Internet, sous-culture japonaise, mythes, Amazones (2012), geek, féminisme…

hikikomori

 

 

l’installation Chœur(s) — machine à présences poétiques

— Une machine à présences poétiques qui s’appelle Choeur(s)?

— Oui, c’est comme des hologrammes, neuf en tout, avec son, vidéo, et un dispositif numérique qui fait interagir les présences entre elles et avec le public.

— Ok… Et tu es dedans?

— Mon hologramme y est. On le reconnaît facilement, il tient un iPad dans ses mains au lieu de feuilles de papier…

*

À l’initiative des Productions Rhizome, j’ai eu la chance d’en faire partie, avec des poètes que je respecte et j’admire (au total, sept artistes du Québec et deux de la Belgique). Psst, le premier à gauche c’est Jean-Marc Desgent!

Capture d’écran 2015-09-16 à 19.19.16

Chaque poète est jumelé à un artiste sonore :

Annie Lafleur, poète / Meriol Lehmann, artistes audio

Josée Marcotte, poète / Miriane Rouillard, électroacousticienne

Marc-Antoine K. Phaneuf, poète / Simon Elmaleh, musicien et électroacousticien

Alexis Lussier, poète / Mathieu Campagna, compositeur et concepteur sonore

Hervé Bouchard, romancier / Stephan Ink, concepteur sonore

Jean-Marc Desgent, poète / Gauthier Keyaerts, composition, création sonore

Sebastian Dicenaire, poète / Martin Tétreault, platiniste

Werner Moron, poète et performeur / Érick d’Orion, artiste audio

Simon Dumas, poète / Philippe Franck, musicien électronico-analogue

L’installation Choeur(s) sera présentée du 8 au 18 octobre 2015 à la nouvelle Maison de la littérature de Québec dans le cadre de la programmation du festival Québec en toutes lettres. L’installation voyagera ensuite en Europe à l’automne.

Événement Facebook

Cosplay Imaginaire X

La boutique Imaginaire de Québec est extraordinaire : geeks, otakus, lecteurs, maîtres de donjons, joueurs et collectionneurs y trouvent leur compte d’imaginaire, de fictions, de jeux et d’univers autres. Samedi dernier, le 29 août, avait lieu la dixième édition du Cosplay Imaginaire.

Une femme personnifie Kurosaki Ichigo!

Une femme personnifie Kurosaki Ichigo

Exposants, tirages de prix, concours de costumes, concours de fan-art, entrevues sur scène, réseautage, tout y était pour passer une belle soirée entre passionnés! J’y étais invitée comme exposante pour mon roman Hikikomori (j’y avais fait également mon lancement en octobre 2014.)

Belle et Daenerys

Belle et Daenerys : elles sont magnifiques

Merci à l’équipe pour son invitation à la fête : en tant qu’exposante et créatrice d’ici, j’ai eu la chance de valoriser la geekitude et démontrer que la littérature québécoise peut présenter cette réalité (que l’on soit adolescent/e, dans la vingtaine, ou la trentaine, en fait, il n’y a pas d’âge pour le plaisir de la fiction).

Shinigami_JM_2015_CosplayX

Cosplay (Josée) Crédit : Imaginaire

Ce n’est pas pour rien que je remercie cette boutique à la fin d’Hikikomori! Ce sont des gens géniaux, comme Alexandre Lachance, qui savent donner conseils, temps et énergie pour faire vivre en plus grand que nature notre côté imaginaire! Vivement l’an prochain.

Des cheveux comme révélateur de puissance dans les animes (I)

Avec la profusion de mangas et d’animes qui sont diffusés chaque année, les mangakas rivalisent d’originalité pour que leurs personnages principaux sortent du lot. Au premier coup d’oeil. Une bonne façon d’y arriver est semblerait-il par les cheveux…

Comment utiliser les cheveux à profit dans le récit? Plus qu’un signe distinctif, la chevelure présente le caractère du personnage mais aussi incarne un véritable révélateur de puissance (et de compétences).

la force est (aussi) dans les cheveux

Bleach

Qu’on pense au personnage de Kurosaki Ichigo, dans l’anime Bleach, qui a naturellement les cheveux orangés, en bataille. Sa force n’est pas uniquement dans son zanpakuto (épée trancheuse d’âme) ou son hollow intérieur (Shirosaki). Ichigo est loyal, impulsif, incontrôlable, rien ne saurait l’arrêter… Bien évidemment, on peut y voir le feu (du combat), la couleur la plus chaude dévoilant la vivacité de son esprit et de sa lame, ce qui le distingue de tous les autres shinigamis (Dieu de la Mort ou Soul Reaper) de l’univers créé par Tite Kubo (ok…, je suis une fan finie de Kuchiki Rukia et des shinigamis; voir aussi l’hypothèse du Dieu de la Mort dans Totoro évoqué dans un autre billet).

JoséeMarcotte_Cosplay_RUKIA

Photo Cosplay 2014, où je personnalise Kuchiki Rukia (!)

attention aux Super Cheveux

L’exemple le plus probant d’utilisation des cheveux comme révélateur de force (à l’excès) appuyant le récit, le propulsant toujours plus vers l’avant, est Dragon Ball, où le personnage se transformant en Super Guerrier (Super Saiyan) se retrouve enfin avec un océan jaune surpuissant de lave qui recouvre tout (alors gare à vous!).

Chaque combat d’un Saiyan (individu de la planète Vegeta) fait accroître la force du personnage. Donc, à chaque bataille, le récit évolue, et les cheveux par la même occasion. Voici un exemple d’état physique du Super guerrier (stade que les plus forts peuvent atteindre) : rien de surprenant ici à ce qu’il puisse faire exploser une galaxie d’un coup de poing.

dragonball

et des cheveux noirs plats? 

Est-ce que des cheveux noirs plats peuvent contribuer au récit? Des cheveux noirs, longs, souples et fins, dans une fiction réaliste cette fois, comme avec le personnage Kisugi Hitomi (ou Tam Chamade) dans Cat’s Eye (série créée par Tsukasa Hojo), peuvent révéler la finesse féline, celle qui permettra d’éviter tous les pièges, de déjouer les embuches pour parvenir à ses fins. Accompagnée de ses deux soeurs, elles sont le trio de voleuses professionnelles, les gymnastes accomplies, qui sauront rebondir comme des chats d’un bâtiment à l’autre dans la ville nipponne (j’ai dit réaliste?) pour fuir la police et en particulier le détective Toshio (Quentin).

cats-eye-dvd

Comment appeler cela? Mise en abîme? Méta? Full métalfiction (blague d’otaku-littéraire)? Josée qui s’emballe et qui exagère? Assurément.

#GameOnMTL : le juste milieu

[digression] Aujourd’hui, c’est l’anniversaire de Snoopy… J’adore la fiction de Schulz, la petite comédie humaine qu’il a su créer (on le voit bien dans mon premier blogue/roman Marge). Merci Schulz!

[good grief] Si j’étais de passage à Montréal le weekend dernier, ce n’était pas pour Heavy Montreal, mais entre autres pour Game On Montreal, l’exposition temporaire présentée au Centre des sciences. L’histoire des jeux vidéos, avec plus de 100 stations de jeux pour expérimenter une panoplie de consoles et de jeux, rien de moins!

IMG_1880

On pouvait y voir le tout premier jeu vidéo, datant de 1972. Les deux barres et sa boule mythiques lumineuses sur fond sombre pour simuler le tennis… Je vais toujours me rappeler de mon père, qui disait avoir acheté ce jeu et joué très souvent avec ma mère, au début de leur rencontre, et de sa déception quand il répétait s’être débarrassé du jeu avant leur mariage (encore super neuf! et avec sa boîte! good grief : sa boîte originale!).

IMG_1897

Des fantômes du Magnavox Odyssey au débarras, en passant par le Commodore 64, jusqu’au premier Nintendo, Sega Genesis, GameCube, PlayStation et cie. Je reconnais tout cela pour avoir eu la chance d’en avoir à la maison. On se souviendra du Load « * »8,1 encore longtemps.

game1

Certains jeux sont plus marquants que d’autres, dont un jeu de Barbie sur le Commodore 64, les California Games et Tetris sur Nintendo, Resident Evil sur PlayStation 1, Katamari Damacy sur PlayStation 2… et tellement d’heures de jeux accumulées avec les années, et encore aujourd’hui ça n’arrête pas…

IMG_1861

Si j’ai créé le personnage de Marc, dans mon dernier roman Hikikomori, c’est en grande partie pour mon intérêt pour les jeux vidéos. Marie et Marc sont jumeaux, et en même temps une sorte de double de l’auteur : deux faces qui représentent deux postures extrêmes face aux jeux ou à la vie en général… L’excès (Marc) et la distance (Marie). Il faut trouver le juste milieu, comme dans n’importe quelle passion. On ne saurait jouer 24/24 sans conséquence… Comme on ne saurait écrire des romans 24/24 sans conséquence.

Le rôle du ménage chez Miyazaki

Alors que Disney annonce la sortie prochaine d’un coffret blu-ray collector Hayao Miyazaki, comme à chaque été, je réécoute tous mes classiques Miyazaki (Père et fils) de ma vidéothèque perso. À chaque saison son ambiance propre et sa fiction la plus importante : si l’automne et sa grisaille de novembre font toute la place au Mordor et à la trilogie de Tolkien par Peter Jackson, je dirais que l’été appartient à Miyazaki et aux films du Studio Ghibli, où les histoires sentent le ramen, la sauce soya, les poissons en friture, les couchers de soleil et la poussière de magie. Les repas, ou plutôt la préparation des repas, jouent un rôle primordial chez Miyazaki, peut-être que j’y reviendrai, mais ce qui m’a saisi le plus dernièrement, c’est le ménage comme accélérateur et pivot du récit.

du ménage pour dépoussiérer un coeur

Dusting1

C’est en regardant Le château ambulant (Hayao, 2004) la semaine dernière et La colline aux coquelicots (Goro, 2011 : vu 3 fois depuis la semaine passée, oui, oui!), que j’ai réalisé la grande place que prenait le ménage dans ces deux films. Dans Le château ambulant, une histoire pleine de magie, c’est Mamie Sophie qui débarque sans cogner par soir de grand vent, jeune femme frappée par un sort de vieillesse, mais non désoeuvrée, parce qu’il y a tout à remettre en ordre dans ce château! Et dans cette histoire, ranger et nettoyer de fond en comble peut facilement vouloir dire dépoussiérer et remettre de l’ordre dans le coeur du magicien Hauru… et précipiter les actions qui s’ensuivent…

du ménage qui sauve les meubles

doss-colline-3

Sept ans plus tard, la thématique est reprise par Miyazaki-fils dans une fiction réaliste cette fois, La colline aux coquelicots : Umi, une jeune lycéenne, propose de faire un grand ménage du foyer des étudiants du Quartier latin pour éviter la démolition du bâtiment (devant faire place à une nouvelle construction). Une idée de génie qui va sauver les meubles (et pas que)! Dans les deux oeuvres, c’est la femme qui, de son propre chef, arrive avec sa solution (le ménage), qui précipite les actions et les événements, vers une conclusion (heureuse).

du ménage qui bouscule l’univers en place

Cela n’est pas sans rappeler le ménage au début de Mon voisin Totoro (Hayao, 1988), où Mei, quatre ans, et sa grande soeur Satsuki, ouvrent les portes et les placards et bousculent les noiraudes (ces minuscules boules de suie aux yeux blancs qui se cachent dans les recoins de la maison pour vous surprendre!), qui lancent alors le récit dans un univers onirique… (une histoire magnifique avec multiples interprétations possibles, dont celle selon laquelle Totoro incarnerait le Dieu de la Mort : j’aime bien celle-ci, riche de sens!)

mei-et-les-noiraudes

Chez Miyazaki, si on associe la femme au ménage, c’est davantage d’un point de vue métaphorique (Le château ambulant) et pour propulser le récit vers l’avant plutôt que pour cantonner consciemment la femme dans un rôle traditionnel… Le ménage est une scène-pivot, dont la femme est plus souvent qu’autrement l’instigatrice. Et vive le ménage!